Pour ou contre les devoirs de vacances ?


A l'approche des vacances d'été, fleurissent déjà les cahiers de vacances dans les étals. En effet, en France il s'en vend près de 4.5 millions chaque année !

Beaucoup de parents sont alors tiraillés entre laisser un vrai repos à leurs enfants et continuer à les faire travailler.
En tant que psychopédagogue, je vous partage aujourd'hui mon avis sur la question Pour ou contre les devoirs de vacances ?

Les devoirs de vacances


L'importance de la réactivation


Il n'y a pas de bons apprentissages sans période de réactivation. Plus l'apprenant est confronté à une notion, plus il va l'acquérir facilement. C'est d'ailleurs grâce à cela que certains apprentissages basculent dans la mémoire procédurale, et qu'ils sont acquis pour toujours (sauf en cas de troubles du neurodéveloppement ou d'accidents).
Les devoirs de vacances sont donc un excellent moyen de réactiver les notions vues dans l'année, sur un temps court et grâce à un support différent.


L'importance du rituel


Pour que ce temps de réactivation soit bénéfique, certains enfants, notamment les plus jeunes, auront besoin de le ritualiser. N'hésitez pas à le proposer chaque jour de la semaine, même si ce n'est qu'une demi-page. Et à le proposer à un moment spécifique : juste après le petit-déjeuner, juste après la sortie matinale etc.
Pour les plus grands, vous pouvez les laisser autonomes dans le choix des jours et du temps accordé, mais n'hésitez pas à être présents pour eux lorsqu'ils s'y mettent.



L'importance du jeu


La situation d'apprentissage étant primordiale, il est impératif que les devoirs de vacances soient réalisés de manière ludique. Les enfants doivent s'en amuser et qu'il ne s'agisse en aucun cas d'une contrainte !
Facile à dire .... mais en pratique ?
Mettez une armée de doudou en face du maître/de la maîtresse (votre enfant) qui va faire l'exercice pour leur montrer comment faire. Revêtez une perruque bleue spéciale devoirs de vacances. Terminez l'instant devoirs par une danse collective sur leur musique préférée du moment.
Voyez ce qui correspond le plus à votre enfant : certains auront besoin du jeu à l'intérieur même de la période de travail, d'autres auront besoin qu'elle soit bien dissociée.


Les devoirs de vacances


L'importance de la pause


Sur les 8 ou 9 semaines de pause estivale, je vous conseille de prendre tout de même une pause de 2 ou 3 semaines, sans devoirs de vacances. L'idéal peut être de couper un peu durant le mois de juillet, mais faites surtout de la façon la plus sereine pour votre organisation familiale. Si vous la faites plutôt en août, il est intéressant de reprendre au minimum une semaine avant l'école, pour remettre petit à petit les enfants "dans le bain".



L'importance des apprentissages masqués


Pour les plus réfractaires aux devoirs de vacances, mais pas que, ne sous-estimez pas l'importance des apprentissages masqués. J'entends par là les multiples possibilités de réactiver une notion durant un moment de partage qui n'est pas scolaire :
- s'amuser à trouver des mots en "ez" ou en "er" durant un trajet de voiture
- réviser les unités de masse en cuisinant ou en jouant dans le jardin (en pesant du sable, des feuilles, des cailloux)
- additionner et soustraire des billes entre deux parties
- mettre en pratique le théorème de Pythagore en construisant une cabane pour les cousins au fond du jardin de papi

Cette pratique est d'ailleurs à utiliser sans modération toute l'année ;)



L'importance de la lecture


Parce que pendant les vacances, on a un peu plus de temps, profitez-en pour lire en famille ! Instaurez un rituel de lecture pour faire aimer la lecture dès le plus jeune âge, pour entrainer les jeunes et les moins jeunes lecteurs à lire à haute voix, les aider à comprendre ce qu'ils lisent, et surtout, ne soyez pas avare sur la lecture que vous ferez à vos enfants et vos adolescents ! Et oui, ce n'est pas parce qu'ils savent lire qu'ils n'apprécient plus que leurs parents leur lise une histoire !



Les devoirs de vacances


L'importance de la confiance en soi


Enfin, n'ayez pas d'attente de réussite, ni de rapidité de votre enfant pour les devoirs de vacances !
L'importance est qu'il essaie. Qu'il y prenne du plaisir. S'il ne fait que la moitié de son cahier mais qu'il le fait avec envie, le principal est fait. Si une notion n'est pas acquise ou qu'elle est mal restituée (que l'exercice est totalement ou partiellement faux) alors c'est une aubaine : vous pouvez prendre le temps de lui expliquer cela de différentes façons (mise en pratique, apprentissages masqués) ou de demander à un proche de le faire. Cet apprentissage différent sera bien plus percutant.

Mettez en avant les progrès de votre enfant, dites lui qu'il peut être fier de lui et soyez serein : une notion non acquise n'est jamais une finalité. Elle sera revue prochainement en classe.

Répondez toujours aux demandes de vos enfants même si c'est "en avance" mais n'anticipez pas de vous même les apprentissages des années suivantes.


Je souhaite m'informer sur les bilans d'orientation scolaire, sur les bilans d'orientation professionnelle ou sur la psychopédagogie.
56 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout